La présidente des démocrates-chrétiens allemands propose un « porte-avions européen commun »

Dans une tribune publiée le 10 mars par le journal Welt am Sonntag, la présidente du parti chrétien-démocrate allemand [CDU], Annegret Kramp-Karrenbauer, c’est à dire « l’héritière » de la chancelière Angela Merkel, a répondu aux idées avancées quelques jours plus tôt par le président français, Emmanuel Macron, au sujet de l’avenir de l’Union européenne.

Ainsi, pour Mme Kramp-Karrenbauer, il s’agirait de « faire l’Europe comme il faut », en évitant d’aller vers une « mauvaise voie », c’est à dire vers le « centralisme européen, l’étatisme européen, la communautarisation des dettes, l’européanisation des systèmes de protection sociale et du salaire minimum. » Selon elle, le mieux serait plutôt de chercher des « convergences » et de rapprocher les « conditions de vie au sein de chacun des pays membres et entre les pays membres. »

Dans sa tribune, intitulée « Pour une renaissance européenne », M. Macron avait défendu l’idée d’un « traité de défense et de sécurité » pour l’UE afin d’instituer un « Conseil de sécurité européen » en y associant le Royaume-Uni « pour préparer nos décisions collectives. » Sur ce point, la cheffesse [*] des conservateurs allemands y est d’autant plus favorable que Mme Merkel a également avancé une telle proposition.

Lire aussi: belgique-les-jeunes-filles-revelent-pourquoi-elle-preferent-les-migrants-africains-aux-blancs/

« Nous devrions mettre en place un Conseil européen de sécurité intégrant les Britanniques pour y adopter des positions de politique extérieure communes et organiser notre action commune en matière de politique de sécurité », écrit en effet Mme Kramp-Karrenbauer.

Cependant, « faire l’Europe comme il faut » est une chose. Encore faut-il ne pas se couper des réalités. Ainsi, comme le fit en novembre dernier le social-démocrate Olaf Scholz, vice-chancelier et ministre allemand des Finances, Mme Kramp-Karrenbauer plaide pour que l’UE puisse être « représentée par un siège permanent commun au Conseil de sécurité des Nations Unies ».

Or, cela est impossible… Tout simplement parce que seuls des États peuvent sièger au Conseil de sécurité des États, même si, depuis une date récente, les blocs régionaux, comme l’Union européenne, ont des droits de représentation [mais sans droit de vote] à l’Assemblée générale de l’ONU. En outre, la France a déjà fermement fait savoir qu’elle n’entendait pas renoncer à son siège de membre permanent.

Par ailleurs, Mme Kramp-Karrenbauer a fait une autre proposition surprenante. « Dès à présent, l’Allemagne et la France travaillent ensemble au projet d’un futur avion de combat européen, et d’autres nations sont invitées à les rejoindre », rappelle-t-elle [oubliant, au passage, de parler des divergences entre Paris et Berlin au sujet de la politique en matière d’exportations d’armes, ndlr]. Et d’ajouter : « La prochaine étape pourrait consister en un projet hautement symbolique, la construction d’un porte-avions européen commun, pour souligner le rôle de l’Union européenne dans le monde en tant que puissance garante de sécurité et de paix. »

Certes, la France avait proposé à la Belgique une douzaine de Rafale Marine afin de lui permettre d’acquérir une capacité aéronavale à moindre frais en ayant un accès au porte-avions Charles de Gaulle. Depuis le choix de Bruxelles en faveur du F-35A américain pour remplacer les F-16 de la composante « Air » de sa défense, cette proposition est a priori restée dans les cartons.

Lire aussi: urgent-laurent-gbagbo-porte-plainte-contre-larmee-francaise-pour-tentative-dassassinat/

Cependant, l’idée de la responsable politique allemande suppose de répondre à plusieurs questions, tant au niveau industriel [qui fait quoi? avec quels financements? quel mécanisme industriels?], qu’opérationnel [avec les avions de quel(s) pays et de quel type? avec quelles règles d’engagement? Et, sachant la frilosité du Bundestag dans ces domaines, sous quel commandement? et sous quel contrôle politique,?]. Bref, autant éternuer en tentant de garder les yeux ouverts.

En revanche, l’idée d’un groupe aéronaval européen est nettement plus « raisonnable ». D’ailleurs, elle est mise en pratique à l’occasion de la mission Clemenceau, qui vient de commencer, l’escorte du porte-avions Charles de Gaulle comprenant une frégate danoise et une autre battant pavillon portugais.

[*] Grevisse propose cheffesse, que l’on trouve dans les romans de Pierre Loti. Larousse en fait de même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *